les maladies génétiques rencontrées chez les russell terriers

Traduire le site :

Comme toutes les espèces, nos chiens sont soumis aux lois de la génétique et le vivant n’étant pas immuable, il se produit au cours du temps des mutations  qui engendre parfois des maladies. Certaines seront plus couramment rencontrées sur une race plutôt que sur une autre. Il est donc de notre devoir d’éleveur que de se tenir informé de cette évolution , pour essayer d’en protéger notre cheptel , autant que faire ce peut.A la lumière de 2 thèses vétérinaires  disponibles à la consultation sur le NET , essayons de faire un point rapide sur la situation, pour nos russell.

Je  parle ici, de russell car ces études incluent les jacks et les parson pour ce qui est de la clinique et des statistiques. Par contre les tests génétiques restent eux, pour certains,  spécifiques de chaque race.(ex: LOA)

En 2004 la thèse présentée par Melle Karen Charlet, ENV d’ Alfort, signalait les affections suivantes couramment rencontrées chez les Russell :

– Maladie de Legg Perthes Calvé (probable transmission autosomale récessive)

– Myasthénie congénitale (congénitale autosomale récessive)

-Dysplasie des poils noir (transmission autosomale récessive)

– Luxation du cristallin (transmission autosomale récessive)

– Déficit en facteur X ( transmission autosomale dominante)


En 2008, la thèse présentée par Melle  Virginie Bascop, ENV d’ Alfort, signalait les affections suivantes  comme couramment rencontrées chez les Russell :

– Maladie de Legg Perthes Calvé (transmission inconnue)

– Myasthénie congénitale

– Dysplasie des poils noir

– Luxation du cristallin ( test de dépistage = PLL-A )

– Déficit en facteur X

- Ataxie héréditaire des terriers (transmission autosomale récessive) (test de dépistage=LOA )

– Luxation médiale de la rotule (supposée autosomale récessive) (examen clinique vétérinaire)

– Ichthyose (rare autosomale récessive)

– Vasculite peu fréquente (hypersensibilité de type III)

– Diabète sucré juvénile (apparait entre 7 et 9 ans)

A  l’examen de ces 2 listes on constate 2 choses  :

- que rien n’est définitivement connu (ex la Legg Perthes Calvé) dont finalement le mode de transmission nous échappe encore.

- que les listes de maladies génétiques ne cessent de s’allonger, et ce, à grande vitesse : celle-ci a doublé en 4 ans.

A noter : une maladie génétique qui  ne figure pas encore dans la liste 2008 et touche aujourd’hui également notre race : l’hyperuricosurie pour laquelle un test de dépistage = HUU ) existe déjà .

A noter aussi que la surdité touche également la race; un examen auditif ( PEA ) permet de controler si le chien est entendant bi-latéral. Celui-ci est exigé par le club de race pour valider le titre de Ch de France mais pas pour les reproducteurs. En effet , deux chiens , non sourds ne produiront pas obligatoirement un entendant bi-latéral. Les PEA ne restent donc qu’un test d’orientation.


conclusion : seuls 3 tests génétiques de dépistages connus à ce jour sur ces 2 listes, et un avenir probable de liste encore allongée dans un avenir finalement proche et continu.

Une question se pose : quelle attitude à la fois la plus raisonnable et la plus honnête l’éleveur peut il  trouver et adopter face à ces nouvelles données ?

L’Ethique de chacun s’articulera , au mieux, au sein des impératifs que la SCC et le club de Race imposeront peut être , ou bien  encore en toute liberté d’appréciation à la lumière de ses propres exigences.

Pour la Race, pour nos chiens :  que chacun fasse du mieux qu’il peut.

nb : les thèses vétérinaires sont le fruit du travail d’élèves des écoles vétérinaires, en fin de cursus, et peuvent contenir , aussi, des inexactitudes. Elles paraissent telles qu’elles ont été soutenues.

Aussi si quelque inexactitude était relevée dans les données ci dessus, veuillez m’en excuser, je n’ai , en effet, pas trouver de sources plus fiables.

<< Retour Page d'Accueil